Catégories
Accueil Année en cours | 2021-2022

Programme 2021-2022

Focus : Marx et la question écologique

Affiche réalisée par Max Mad (https://www.instagram.com/max.ou.creve/)

Semestre 1 | Université Paris Nanterre

24 Septembre | Frédéric Monferrand | L’organicisme de Marx *

L’objectif général de cette intervention est de problématiser l’idée, devenue courante dans les débats en philosophie environnementale, selon laquelle « la modernité » serait fondée sur une distinction rigide entre nature et société. Pour ce faire, on se concentrera sur le cas de Marx qui, dans Le Capital, compare la société à « un organisme susceptible de mutation, et constamment pris dans un processus de mutation ». Deux hypothèses principales guideront l’analyse de cette comparaison. La première est qu’elle est épistémologiquement et ontologiquement engageante : elle détermine la manière dont Marx définit son objet (les « lois naturelles » qui animent le capitalisme) ainsi que les concepts à travers lesquels il le pense (« substance », « métamorphose », « métabolisme », « tendances ») et se fonde finalement sur une ontologie processuelle de la société. La seconde hypothèse est que la comparaison marxienne de la société à un organisme implique différentes analyses de l’historicité du capitalisme : une analyse de son émergence et de son déclin (la « tendance historique de l’accumulation capitaliste »), une analyse de sa croissance ou de sa « reproduction élargie » et une analyse de ses transformations internes (les différentes formes de « subsomption du travail sous le capital »)

12 novembre | Kolja Lindner | Comment Marx s’est débarrassé du Matérialisme Historique

L’intervention vise à démontrer comment Marx a développé et dépassé une approche qui est communément associée à son œuvre, à savoir le “matérialisme historique”. J’argumente que cette approche doit être comprise comme un ensemble d’impasses théoriques (philosophie de l’histoire, fonctionnalisme, rejet de l’éthique, eurocentrisme) que Marx a articulé de la moitié des années 1840 à la fin des années 1850. Après avoir démontré comment cette conception est élaborée dans différents écrits, je tâcherai à montrer comment Marx dépasse le “matérialisme historique” en développant sa critique de l’économie politique et en acquérant un savoir grandissant des particularités du colonialisme et des sociétés non-occidentales depuis la fin des années 1850.

19 novembre | Paul Guillibert | Marx et le travail du vivant *

Au cours de cette séance, je chercherai à répondre à un problème récurrent dans les débats contemporains en écologie politique : peut-on parler d’un travail du vivant ? D’un côté, on défend l’extension du concept de travail à certains non-humains parce qu’elle devrait permettre de fonder la dénonciation de l’exploitation de la nature sur les catégories de la critique de l’économie politique. D’un autre côté, pour ses détracteurs, parler de travail du vivant suppose de relativiser la différence anthropologique entre travail humain et activité animale. Celle-ci s’exprime notamment dans la différence entre un travail producteur de valeur et des activités pensées comme des « dons gratuits de la nature ». Dans cette intervention, je chercherai d’abord à identifier la position de Marx sur le travail du vivant dans le chapitre sur le procès de travail dans Le capital. Puis, par-delà la réponse explicite (et sans doute négative) de Marx, je mobiliserai une conceptualité marxienne pour étayer l’hypothèse d’un travail du vivant à partir de travaux contemporains en éthologie et en écologie économique.

17 décembre | Ariane Mintz | Préhistoire et progrès : Adorno lecteur de Marx – Séance annulée (en attente de reprogrammation)

“Dans cette présentation, je voudrais étudier la façon dont Adorno souscrit aux analyses de Marx sur « la préhistoire de la société humaine » tout en retravaillant les causes qui empêchent la sortie d’un tel état – notamment une conception du progrès comme retardement du changement et l’analyse du renforcement de l’emprise de l’idéologie. S’il conserve l’horizon de l’émancipation comme élucidation des conditions socio-économiques ainsi que des instincts inconscients des individus, l’après qu’il esquisse semble à la fois au-delà du travail et au-delà de la société. Tout en éclairant les raisons des critiques qu’il adresse à Marx à ce sujet, je souhaiterais tenter de montrer comment ce dernier pourrait répondre au vague de certaines propositions d’Adorno.”

Semestre 2 | Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

28 janvier | Daria Saburova | « De l’histoire humaine de la nature à l’histoire naturelle de l’homme. Marx, Engels et la théorie de l’évolution » *

18 février | Louis Delcourt | Les dimensions politiques de l’idée de “science” chez Marx

En quelle mesure l’émancipation (politique, sociale ou humaine), telle que la conçoit le jeune Marx, trouve-t-elle dans la science un point de passage obligé ? En quoi ce nœud entre science et politique, resserré par les philosophies auprès desquelles Marx s’est formé, est-il mis à l’épreuve par l’invention de ce nouveau sujet politique qui a pour nom prolétariat ? Pourquoi, dans cette perspective, les différentes acceptions que la notion de prolétariat reçoit mènent-elles a faire varier l’extension de l’idée de science, jusqu’à en rendre la compréhension incertaine ?

25 mars | Cannelle Gignoux | Du concept de nature à l’écologie dans les Grundrisse *

Alors que de nombreux courants de l’écologie politique cherchent soit à requalifier la nature au-delà de ses carcans historicistes soit à abandonner définitivement l’usage d’un concept de nature comme entité autonome (J. Moore), nous nous demanderons si le concept de nature chez K.Marx, tel qu’il se présente dans les Manuscrits de 1857-1858 est à même d’induire une lecture écologique alternative aux travaux de l’école de la « rupture métabolique » ? C’est en partant de l’hypothèse d’une « écologie territoriale » propre au chapitre sur les formes antérieures à la production capitaliste (P.Guillibert) que nous interrogerons le concept de nature instrumentale de K.Marx. Notre objectif sera de mettre en perspective deux thèses des Grundrisse apparemment opposées : la première, prométhéenne fait reposer le développement des forces humaines sur une exploitation toujours plus accrue de la nature tandis que la seconde insinue que les sociétés précapitalistes seraient plus à même de respecter le métabolisme société-nature. Nous montrerons que les tensions et les ambiguïtés des formulations autour du concept de nature dans les Grundrisse peuvent nous amener à repenser les rapports sociaux à la nature sous un aspect écologique.  

15 avril | Jean Quétier | Marx théoricien du Parti

Souvent considérée comme un point aveugle de son œuvre, la question du parti constitue pourtant une composante centrale de la pensée de Marx. En prenant en compte l’expérience militante qui fut la sienne tout au long de sa vie, cette intervention entreprendra de montrer que Marx a développé non pas une mais deux théories du parti bien distinctes. La thèse décisive formulée à la fin des années 1840 dans le Manifeste du parti communiste – celle d’un parti communiste conçu comme fraction éclairée d’un parti ouvrier plus large – disparaît en effet de l’horizon stratégique de Marx au cours des années 1860, cédant la place à une réflexion centrée sur la construction du parti de classe, dans laquelle l’idée même d’une distinction fonctionnelle entre parti ouvrier et parti communiste perd son sens. Opposant alors de façon systématique le parti à la secte, Marx cherche à penser les conditions de possibilité d’une activité politique autonome de la classe ouvrière plutôt qu’une organisation fondée sur une doctrine pré-constituée.

13 mai | Timothée Haug | Le naturalisme de Marx est-il écologique ? *

Trop souvent, le naturalisme que le jeune Marx expose dans les Manuscrits de 1844, et qui se perpétue dans les Grundrisse, est considéré comme le soubassement ontologique de la future critique écologique de la rupture métabolique développée dans le Capital. En réalité, la thèse de l’appartenance de l’être humain (et de la société) à la nature, qui constitue son noyau conceptuel, n’est qu’une condition nécessaire mais non suffisante au développement d’un naturalisme authentiquement écologique. En revenant sur la définition de la nature comme “corps propres inorganique de l’être humain”, et en clarifiant les débats écomarxistes qui l’entourent par une analyse rigoureuse de l’arrière-plan hégélien de cette définition, j’essaierai de montrer que le premier naturalisme de Marx s’articule plutôt à un productivisme stratégique. Bien qu’il ne revienne pas explicitement sur les fondements ontologiques de sa critique dans l’œuvre plus tardive, il s’agira alors de dégager les implications théoriques de la rupture métabolique quant à la conception marxienne de la nature et des rapports sociaux à cette dernière.

10 juin | Jean-François Albin | Théories de l’impérialisme : fondements dans l’oeuvre de Marx et développements au sein de la Deuxième Internationale

Il s’agira pour nous d’introduire les principaux aspects de différentes théories marxistes de l’impérialisme élaborées sur la période de la Deuxième Internationale et des les resituer dans le prolongement des travaux de Marx. Pour cela, nous examinerons comment ce prolongement a cherché à s’opérer au sein de l’Internationale et des organisations sociales-démocrates, notamment de la social-démocratie allemande, en nous situant au niveau des luttes théoriques et tactiques soulevées par la conjoncture historique particulière à laquelle elles furent confrontées. D’autre part, nous chercherons à indiquer quelques pistes par lesquelles il est possible de relier certains éléments de ces théories de l’impérialisme aux analyses de Marx relatives aux dynamiques contradictoires de la reproduction élargie mais également les difficultés soulevées par un tel prolongement. Nous chercherons à défendre que la portée de ces élaborations dépasse la simple compréhension de l’époque qui les a vu naître dans la mesure où elles offrent un cadre conceptuel efficient pour fonder une théorie matérialiste des relations internationales et comprendre les dynamiques en cours sur le marché mondial.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search